LE MAG'JURIDIQUE
Comment contribuer?
Le sort des contrats en cours en cas de redressement judiciaire de l'entreprise

Le sort des contrats en cours en cas de redressement judiciaire de l'entreprise

Publié le : 13/03/2023 13 mars mars 03 2023

La procédure de redressement judiciaire a vocation à permettre la poursuite de son activité par l’entreprise en difficulté, sous couvert de la prise de certaines décisions et notamment l’adoption d’un plan de redressement, où il peut s’avérer utile de mettre fin à certains engagements, pour libérer l’actif de la société. 

En matière de procédure collective, il existe un principe de poursuite des contrats en cours, qui peut notamment être exigé par l’administrateur, mais certaines règles permettent d’obtenir la résiliation de certaines conventions. Il est entendu par la notion de contrat en cours, l’ensemble des engagements contractuels qui existe et produit des effets au jour du jugement d’ouverture de la procédure de redressement judiciaire. 
 

Le principe de la continuité des contrats en cours en cas de redressement judiciaire

Le principe de poursuite des contrats en cours dans le cadre d’une procédure collective, est d’ordre public garantit par l’article L 622-13 du Code de commerce, puisque : « Nonobstant toute disposition légale ou toute clause contractuelle, aucune indivisibilité, résiliation ou résolution d'un contrat en cours ne peut résulter du seul fait de l'ouverture d'une procédure de sauvegarde ». 

En application de cette disposition, la partie qui a souscrit le contrat avec l’entreprise en difficulté est tenue d’exécuter ses obligations, y compris lorsque l’entreprise est en défaut de paiement envers le cocontractant antérieurement au jugement d’ouverture, puisque le créancier dispose alors de la possibilité de déclarer et d’inscrire sa créance. 

Étant donné que la poursuite de l’ensemble des contrats en cours pourrait avoir pour effet d’aggraver le passif de la société déjà en difficulté, il appartient alors au seul administrateur d’exiger la poursuite des contrats, en l’absence de cet acteur, le débiteur peut demander l’exécution du contrat, après avis conforme du mandataire judiciaire. Le cocontractant peut cependant mettre en demeure l’administrateur ou le débiteur (après avis conforme du mandataire dans cette hypothèse), de prendre une décision concernant le sort du contrat qui les lie, mais doit exécuter ses obligations jusqu’à recevoir une réponse. 
 

Les contrats résiliés de plein droit

Certains engagements pris par la société placée en redressement cessent automatiquement du fait de l’ouverture de la procédure collective. 

Tel est notamment le cas lorsque le cocontractant a demandé à l’entreprise de prendre parti sur la poursuite du contrat, et n’a pas reçu de réponse à l’expiration d’un délai d’un mois ou à défaut de paiement dans les conditions fixées par l’administrateur et d'accord du cocontractant pour poursuivre les relations contractuelles.

Enfin, la résiliation d’un contrat peut être prononcée par le juge-commissaire, à la demande de l’administrateur, si elle est nécessaire à la sauvegarde du débiteur et ne porte pas une atteinte excessive aux intérêts du cocontractant.

Étant précisé que de telles facultés de résiliation sont exclues concernant les contrats de travail, de bail commercial et de fiducie. 


BOUCHE Avocats

Historique

<< < ... 342 343 344 345 346 347 348 ... > >>