LE MAG'JURIDIQUE
Comment contribuer?
Vous êtes ici :
Le recel successoral

Le recel successoral

Publié le : 21/11/2022 21 novembre nov. 11 2022

La disparition d’un parent entraîne inévitablement l’ouverture de sa succession. Il s’agit d’un processus à la complexité variable, dépendant des biens possédés par le de cujus, de la composition de sa famille et des dispositions qu’il a prises de son vivant. L’accomplissement de cette étape peut être rendu encore plus difficile par le comportement frauduleux des héritiers.

Qu’est-ce que le recel successoral ?

Il s’agit de toute manœuvre dolosive ou de toute fraude commise volontairement et qui a eu pour but de rompre l’égalité du partage entre les cohéritiers, quels que soient les moyens employés pour parvenir à ce résultat.

Le recel successoral n’est pas, en lui-même, sanctionné sur le plan pénal. Les conséquences sont cependant présentes sur le plan civil. Ces sanctions et les conditions pour qu’elles soient applicables sont détaillées à l’article 778 du code civil.

Les conditions 

Il est à préciser que les principaux intéressés à voir condamner le receleur sont les personnes qui peuvent elles-mêmes se prévaloir de la qualité d’héritier, c’est pourquoi le droit d’action leur est réservé. Les cohéritiers ne sont pas pour autant les seules victimes possibles, au nombre desquelles il faut ajouter les créanciers de la succession.

S’agissant des éléments qualificatifs du recel, il faudra démontrer un élément matériel et un élément moral :
 
  • Elément matériel : l’héritier receleur devra avoir usé d’artifices afin d’obtenir un droit qui n’était pas le sien. Il s’agira typiquement de l’utilisation de documents falsifiés, tels qu’un faux testament, entraînant une modification du partage au profit de celui-ci. La manœuvre frauduleuse peut également prendre la forme d’une dissimulation de biens ou de droits. Enfin, la loi n°2006-728 du 23 juin 2006 portant réforme des successions et des libéralités ajoute le cas de la dissimulation de l’existence d’un héritier, qui est assimilée au recel d’un bien.
  • Elément moral : comme en droit pénal, le recel implique la notion d’intention frauduleuse. L’héritier souhaite détourner tout ou partie de l’actif successoral, par le biais de manœuvres volontaires (faux, dissimulations), à son profit et au détriment des autres cohéritiers.

Sanctions du receleur

Ce délit est nécessairement intentionnel. En principe, l’héritier qui détient des biens et/ou des valeurs dépendants de la succession doit en révéler l’existence à ses cohéritiers, sous peine de commettre un recel successoral.
Les conséquences se situent sur le plan civil : le receleur est déchu du droit d’accepter la succession à concurrence de l’actif net – il est considéré comme ayant acceptée celle-ci purement et simplement - et est privé de tous droits dans les valeurs qui auront été recelées.

La responsabilité du notaire

Le notaire est l’interlocuteur incontournable pour gérer les conséquences d’une succession. Il est nécessaire qu’il précise toutes les conséquences juridiques des options offertes à ses clients. Son devoir de conseil implique qu’il vulgarise les termes complexes ou ambigus afin de ne laisser aucun doute dans l’esprit des personnes concernées. S’il n’est pas attentif à ces points, il pourra voir sa responsabilité engagée sur le fondement d’un défaut dans son obligation de conseil par les cohéritiers victimes du recel.
Le notaire doit notamment vérifier l’authenticité des éléments qui lui sont donnés par les héritiers, il va rechercher si le de cujus a effectué des donations, s’il a établi un testament.

Le recel successoral est lourd de conséquences et l’éviter nécessite une vigilance particulière du notaire, et des héritiers. Le receleur prend un risque certain si les manœuvres sont découvertes : obligation de renoncer à une partie de l’actif et d’accepter purement et simplement l’éventuel passif.


CIRIER Avocats Associé

Historique

  • SOCIAL – Licenciement pour inaptitude et dispense de l’obligation de consulter le CSE
    Publié le : 21/11/2022 21 novembre nov. 11 2022
    Veille Juridique
    SOCIAL – Licenciement pour inaptitude et dispense de l’obligation de consulter le CSE
    Cass. soc 16 novembre 2022, n°21-17.255

    À nouveau saisie concernant l’existence d’une clause réelle et sérieuse d’un licenciement prononcé pour inaptitude du salarié, la Cour de cassation rappelle que lorsque l’avis d’inaptitude rédigé par le médecin...
  • Le recel successoral
    Publié le : 21/11/2022 21 novembre nov. 11 2022
    Fiches pratiques
    Fiches pratiques / Civil
    Le recel successoral
    La disparition d’un parent entraîne inévitablement l’ouverture de sa successi...
  • FAMILLE – Restriction du droit de visite et d’hébergement sans motifs graves
    Publié le : 18/11/2022 18 novembre nov. 11 2022
    Veille Juridique
    FAMILLE – Restriction du droit de visite et d’hébergement sans motifs graves
    Cass. civ 1ère, 16 novembre 2022 n°21-11.528

    Saisie d’une demande formulée par un père pour que lui soit accordé un droit de visite et d’hébergement, la Cour de cassation a confirmé la décision des juridictions de fonds lui reconnaissant un droit de visite simple, limité à deux heures le samedi des semaines impaires...
<< < ... 404 405 406 407 408 409 410 ... > >>