LE MAG'JURIDIQUE
Comment contribuer?
Harcèlement moral : la réaction immédiate et appropriée de l'employeur peut lui permettre de justifier du respect de son obligation de sécurité

Harcèlement moral : la réaction immédiate et appropriée de l'employeur peut lui permettre de justifier du respect de son obligation de sécurité

Publié le : 06/02/2023 06 février févr. 02 2023

L’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs.
 
Concernant la prévention du harcèlement moral dans l’entreprise, l’employeur doit s’assurer qu’aucun salarié ne subisse des « agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel ».

Un quelconque manquement à ces obligations engage la responsabilité de l’employeur pour manquement à son obligation de sécurité. Cependant, si ce dernier réagi immédiatement et de façon appropriée à la suite d’un signalement, le manquement à l’obligation de sécurité peut être écarté.

C’est ce que rappelle la décision de la Cour de cassation du 7 décembre dern
ier. 

Dans cette affaire, une salariée, engagée en qualité de conseillère de vente, saisie la juridiction prud’homale d’une demande de résiliation judiciaire de son contrat de travail, au motif qu’elle est victime d’un harcèlement moral de la part de sa supérieure. Elle considère donc que son employeur a manqué à son obligation de sécurité. 

La Cour d’appel déboute totalement la salariée de ses demandes.

De son côté, la Cour de cassation en profite pour rappeler que « ne méconnaît pas l’obligation légale lui imposant de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs, notamment en matière de harcèlement moral, l’employeur qui justifie avoir pris toutes les mesures de prévention prévues par les articles L. 4121-1 et L. 4121-2 du code du travail et qui, informé de l’existence de faits susceptibles de constituer un harcèlement moral, a pris les mesures immédiates propres à le faire cesser ». 

La Haute Juridiction souligne ensuite le fait qu’en l’espèce, la directrice du magasin, informée par la salariée des agissements de harcèlement moral, a organisé le jour même une réunion avec la salariée et un délégué du personnel pour évoquer les faits dénoncés, et proposé à la salariée de changer de secteur. En outre, il est mis en évidence que 5 jours après, la salariée a été reçue par le responsable des ressources humaines, et que le CHSCT a mené une enquête 10 jours seulement après la dénonciation des faits.

Elle en conclue donc qu’aucun manquement à l’obligation de sécurité de l’employeur ne pouvait être retenu.

Il en résulte que le fait pour l’employeur, informé d’une situation de harcèlement moral, de réagir immédiatement en adoptant des mesures de nature à stopper l’exposition au risque et à enquêter sur les faits, empêche que ne soit engagée sa responsabilité pour manquement à son obligation de sécurité.  


CCDA Avocats

Référence de l’arrêt : Cass. soc 7 décembre 2022, n°21-18.114

Historique

<< < ... 352 353 354 355 356 357 358 ... > >>